image description Le Blogue de Martin Provencher

Vous êtes ici :

Économie + démographie = immobilier

L’immobilier, comme tous les secteurs qui, ensemble, forment la base de l’économie, bénéficie et profite de la bonne performance de cette dernière et souffre de ses soubresauts. On dit aussi, à l’inverse, que lorsque le secteur de l’immobilier va bien (mises en chantier, faible taux de vacance, stabilité voir croissance des investissements, etc.) que l’économie en tire profit. En somme, l’économie et l’immobilier sont étroitement imbriqués et interdépendants, dans les bons et les moins bons jours.
 
Un autre élément important de l’équation est la démographie, cette science que nous avons souvent tendance à réduire au simple calcul du nombre d’individus d’une population ou d’un sous-groupe à l’intérieur d’un territoire donné. La réalité des impacts profonds de la démographie sur l’immobilier réside également dans les changements, parfois subtiles, de la demande de ces différents sous-groupes en termes d’habitations et de logements mais aussi au niveau de l’investissement immobilier lui-même.
 
Les analyses ainsi que les projections économiques ont tendance à suivre certains cycles dans le temps. Après la pluie le beau temps. Tout comme une longue période d’ensoleillement laissera supposer l’apparition éventuelle de nuages. La démographie, de son côté, influence le secteur de l’immobilier d’une façon plus linéaire, lorsqu’il est question de croissance démographique, et est entrecoupée de points de bascule lorsqu’il est question du style et du type de construction ou d’habitation qui sera privilégié. Cette dernière orientation des créneaux de marché prometteurs versus ceux qui seront moins en demande fait davantage appel au phénomène de la « boîte noire » en marketing, c’est-à-dire ce qui se passe dans la tête des gens qui influencera d’une façon ou d’une autre leur choix en matière d’habitation. Toutes les nouvelles tendances en immobilier découlent de ces notions difficilement mesurables mais combien passionnantes!
 
Quant à l’aspect mesurable et quantifiable de la démographie, une nouvelle étude réalisée par les Nations Unies et publiée mercredi fait mention de projections de la population mondiale jusqu’en… 2100! Selon ce rapport, dans 89 ans, donc, la terre pourrait voir sa population augmenter, selon divers facteurs dont bien sûr le taux de fertilité, jusqu’à 15 milliards d’êtres humains. Un horizon très éloigné qui laisse beaucoup de place à un écart appréciable des chiffres mentionnés. Par contre, ce qui est plus près de nous et par le fait même, nous offre un niveau de précision et de certitude plus élevé, c’est que le 31 octobre 2011, nous avons franchi le cap des 7 milliards d’individus sur terre, dont plusieurs étaient déguisés…

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.